Une méthode innovante pour traiter les troubles sexuels

Nous avons pu démontrer que l'érection pénienne est constituée de 2 phases :

  • une phase vasculaire permettant une pression intracaverneuse de 100 mm Hg
  • une phase musculaire permettant une pression intracaverneuse supérieure à 500 mm Hg qui seule permet la rigidité
Les IPDE5 sont très efficaces sur la phase vasculaire mais inefficaces sur la phase musculaire.
Leur avantage est qu'ils ont une efficacité immédiate avec peu d'effets secondaires, mais leurs inconvénients :

  • c'est de ne pas agir sur la phase musculaire
  • de ne pas avoir une action pérenne
  • leur prix élevé (bien que le sildénafil générique soit devenu plus abordable)
Nous avons mis au point ici au Centre d'Etudes des Dysfonctions Sexuelles de Lyon un nouveau traitement destiné à améliorer la rigidité pénienne. Il s'agit d'une nouvelle rééducation spécifique des ischiocaverneux, muscles indispensables à l'obtention de la rigidité pénienne. Cette rééducation utilise la technique du biofeedback avec électostimulation qui objective spécifiquement la force de ces muscles ischiocaverneux. Le patient voit sur un écran d'ordinateur l'effet de sa contraction musculaire des ischiocaverneux grâce à un capteur placé sur son pénis. La rééducation des ischiocaverneux demande qu'elle soit faite en érection, soit par la prise de sildénafil avant la séance, soit par une injection intracaverneuse de vasodilatateur. Sans érection préalable la rééducation des ischiocaverneux est quasiment inefficace. En effet pour renforcer un biceps il faut un haltère dans la main pour qu'il y ait résistance à la contraction et de même pour les ischiocaverneux la seule résistance possible est la masse sanguine intracaverneuse.

L'appareil de biofeedback que nous avons fabriqué permet de mémoriser toutes les séances de rééducation, de mesurer la fatigue musculaire et d'adapter ainsi l'intensité de la rééducation en fonction de cette fatigue. Il s'agit bien d'une technique de biofeedback spécifique dont l'originalité est :

  • un capteur qui mesure spécifiquement la force des ischiocaverneux
  • une rééducation en érection donc beaucoup plus efficace
  • une mémorisation des séances qui nous a permis de constituer une banque de données de plus de 10 000 séances
Les séances durent 30 minutes, le nombre de séances nécessaires varie selon le point de départ du patient mais tourne autour de 20 séances en moyenne, ce qui donne en moyenne une augmentation de la pression intracaverneuse de presque 200 mm Hg.

Résumé en français de l'article original en anglais
Article original en anglais

Copie d'écran du logiciel