La triste histoire de monsieur Christian L., informaticien, 53 ans

J’ai 55 ans, marié, 2 enfants. J’ai souffert pendant de très nombreuses années de troubles de la sexualité. Troubles qui se caractérisaient par des difficultés à obtenir une érection, difficultés à la maintenir et parfois, voire souvent, panne totale.

Tous ceux qui connaissent ça, savent dans quelle spirale de l’angoisse et de détresse on s’enfonce. Le coucher devient une angoisse, la caresse de l’épouse provoque des sueurs froides, le cœur s’accélère, la sudation s’affole, enfin les conversations interminables, on essaie de rassurer sa partenaire, les doutes de celle-ci s’installent petit à petit, les questions « tu ne m’aimes plus, tu as quelqu’un d’autre etc. etc. et vous qui vous sentez partir , chuter sans rien à vous raccrocher. L’enfer sur terre.
N’en pouvant plus, j’ai décidé de vraiment me prendre en mains, de consulter une psy, de ne pas lâcher, qu’importe la durée. (Quelle erreur de l’avoir dit à la psy) Pendant un an j’ai raconté ma vie intime, tout y est passé : mon enfance, mon adolescence, ma vie de jeune adulte, ma vie d’homme, ma sexualité et évidemment une partie non négligeable de mon porte-monnaie !
J’y suis allé 2 fois par semaine pendant 4 mois et 1 fois par semaine pendant 8 mois. Quand j’entreprends, je ne le fais pas à moitié !

Cette psy m’a déstabilisé, parfois fait douter de l’authenticité de mes sentiments à l’égard de mon épouse, de mes parents. Je lui confiais que j’étais troublé par les séances, elle me répondait avec assurance « avant de faire de l’ordre, il y a toujours du désordre…. » Facile !

Au fil du temps, je lui demandais s’il n’était pas opportun de consulter un spécialiste pour établir un bilan médical, à chaque fois elle me répondait que mon trouble était dans ma tête, provoqué par mon stress et qu’un médecin allait me mettre sous médicaments dont je ne pourrais plus me passer et qu’il faudrait (évidemment) que je revienne vers elle pour me sevrer. A ce moment-là, elle a éveillé en moi un sérieux doute d’autant que mes troubles étaient toujours présents, ça n’allait pas mieux.

J’ai compris qu’elle voulait me garder, elle me rendait dépendant, je ne me reconnaissais plus. J’ai pris la décision de sortir de ses griffes. Je l’ai appelée pour annuler un RDV, j’ai bataillé pour ne pas en fixer un autre (elle ne voulait pas me lâcher) malgré sa tentative de récupération et d’influence, je n’ai pas cédé.

Parcours du combattant, internet, le dédale des sites, après avoir éliminé ceux qui vous vantent et vous vendent des produits miracles, je suis allé sur les pages jaunes, j’ai tapé « docteur en sexologie » éliminé tout ce qui commençait par Psy et ses dérivés !!! Parce qu’évidemment ils le sont tous (sexologue). J’ai découvert le centre d’études Lavoisier, j’ai parcouru le site, enfin des docteurs en médecine et en plus spécialisés dans les pathologies de la sexualité. Ils ne font que ça, ils ne voient que ça. C’est ce qu’il me faut.

Je téléphone, j’obtiens un RDV rapidement. Arrivé le jour J, angoissé de reprendre tout à zéro et de réexpliquer mes malheurs, je me trouve devant le Docteur R., un des 2 médecins de ce cabinet, lui explique mes troubles. Mon parcours, et les piètres résultats. Très rapidement, la confiance émerge de notre entretien, il comprend ma souffrance…

Il me dit : il faut faire un bilan médical. M’explique en quoi il consiste et me voilà parti pour du sérieux. Je lui fais aveuglément confiance.

Apres 2 consultations, de vrais examens (injection dans la zigounette d’un produit qui provoque l’érection, je précise totalement indolore, vérification du système veineux et sensitif, résultats de mon analyse de sang, et des mesures d’érections nocturnes) Le Docteur R. me dit « je peux vous dire que votre problème n’est absolument pas psychologique mais purement fonctionnel ». Quelle joie d’entendre de tels propos, j’étais heureux de savoir que ce n’est pas ma tête qui était à l’origine de mes maux mais bien un dysfonctionnement du matériel !

Ensuite RDV avec le professeur L. qui me propose un protocole. En 2 mots une gymnastique spécifique pour développer la fonction musculaire et circulatoire de mon pénis.
J’ai trouvé mes sauveurs !!!

Je démystifie : A chaque séance d’environ 30 minutes, mon pénis est relié à un ordinateur, l’exercice consiste à faire des contractions cadencées. C’est tout, c’est indolore et redoutablement efficace. De plus, les progrès se mesurent, ils ne s’estiment pas. Les médecins vous les font lire. C’est du factuel. Mon épouse les mesure aussi…

Je pratique cet exercice depuis environ 6 mois, aujourd’hui j’ai la vigueur d’un jeune de trente ans en pleine forme sexuelle. A titre personnel, je n’ai jamais eu une sexualité aussi épanouie, ce protocole est formidable, et je le continue.

En conclusion : Avant de consulter un PSY, prenez RDV au centre Lavoisier. Faites établir un diagnostic médical, et en fonction des résultats, les docteurs L. et R. vous indiqueront ce qu’il faut faire. Vous gagnerez certainement des mois et années. Emancipez-vous, ne vous laisser pas conditionner par les PSY….car tout n’est pas dans la tête.

Nos commentaires